Le dopage: description d’un phénomène vieux comme le monde

En tout temps, l’histoire nous rapporte des cas d’athlètes ou autres ayant utilisés les propriété d’un produit afin d’améliorer leur constitution et leur réponse face à l’effort. Ainsi, déjà dans la Grèce antique, il a été rapporté que les guerriers étaient appelés à manger un type de viande particulier avant l’affrontement, que ce soit de la chèvre ou de taureau. L’hydromel et ses propriétés toniques ont elles aussi été utilisées par les grecs et les romains. En Amérique du Sud et en Afrique, ce sont respectivement les feuilles de coca et la noix de kola qui étaient utilisés.

Mais au fond, quel est la description du dopage sportif, et qui l’utilise?

On parle de dopage à partir du moment où l’athlète utilise une substance ou méthode interdite pour améliorer ses résultats à l’entrainement ou en compétition. Les substances les plus utilisées sont les stéroïdes mais on trouve d’autres catégories comme les stimulants, les hormones et autres narcotiques et marijuana. Certaines méthodes comme la transfusion sanguine existent aussi.

Les première rencontres entre le mode sportif professionnel et celui du dopage prennent place lorsqu’un athlète suédois fût disqualifié pour avoir consommé de l’éthanol avant une épreuve de tir. Mais les méthodes ont bien évoluées depuis et l’appât du gain a pris le dessus sur le bien-être et la sécurité du sportif. Il doit toujours mieux performer et récupérer, faisant face à des problèmes nouveaux.

Lors d’un contrôle antidopage, l’athlète peut être demandé de fournir un échantillon de trois types: sanguin, urinaire ou phanère (cheveux, poils, …). Ceux-ci sont prélevés par des médecins et sont analysés en laboratoire par les organisations nationales compétentes. S’il se révèle positif, c’est au pays à intenter des actions ou punitions si nécessaire.

Selon la base de données http://www.dopinglist.com , les athlètes étant contrôlé à un ou plusieurs produits prohibés seraient majoritairement des hommes (83%). Les 3 sports présentant les plus grands nombres de cas recensés sont l’athlétisme, l’haltérophilie et le cyclisme.

Les deux pays en tête au niveau des sportifs sanctionnés sont les Etats-Unis et la Russie, respectivement (652 et 632 cas). A l’inverse, deux grandes nations comme l’Inde ou la Chine ne sont pas les victimes d’une tentation si grande. La Russie a d’ailleurs été sanctionné suite à un programme de dopage massif mis en place lors des jeux olympiques de Sotchi en 2014.

Quels sont ces produits et leurs effets?

Les produits trouvés le plus sont les stéroïdes, bien qu’étant particulièrement durs à retrouver. Ils sont utilisé afin de travailler sur la masse musculaire et à diminuer la masse graisseuse. Ils sont utilisé lors de effort de force pure, comme l’haltérophile, mais sont aussi chez les footballeurs.

En deuxième lieu se retrouve le cannabis, utilisé à des voies plutôt récréatives mais toujours considéré comme dopant par certains sports. L’EPO, fameuse de par ses usages répétés dans le cyclisme occupe elle aussi une place de choix.

On rapporte même aujourd’hui des usages de produits dopants lors de compétitions amateurs, preuve qu’il s’agit d’un réel problème de société. La performance vaut-elle vraiment la peine en prenant des risques aussi importants avec son propre corps, si bien que certains souffrent le martyre voir meurs des suite d’une injection hasardeuse?

Picture credits: http://md1.libe.com

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...