Libération d’entreprise: info ou intox

De plus en plus dans les médias, on entend parler de ces compagnies dites « libérées », sorte d’OVNI dans le monde de l’entreprise et du management. Elle sont souvent glorifiées comme étant précurseurs et novatrice quant à leur approche envers leurs employés.

Mais avant tout, d’où vient cette idée de libérer une entreprise, et qu’est-ce que cela veut-il dire ?

En 2002, Isaac Getz et Brian M. Carney publient un livre « Liberté & Cie : Quand la liberté des salariés fait le succès des entreprises ». Il s’agit là d’un ouvrage synthétisant les concepts et pratiques qu’ils ont observés auprès de plusieurs entreprises issues de secteurs différents.

Le principe de la libération d’entreprise est de permettre aux employés d’agir de manière responsable, en l’encourageant à prendre des initiatives, à être plus autonome vis-à-vis de ses horaires ou encore en se fixant lui-même les objectifs qu’il a à atteindre.

Il s’agit donc là d’un concept visant à « aplatir » la pyramide managériale, rendant une entreprise moins dépendante de sa hiérarchie puisque tout un chacun vise à ‘ « auto-manager », ce qui peut aussi être vu d’un regard négatif puisque l’entreprise perd une partie de son habilité à contrôler son activité, exercée justement par ses managers.

Alors pourquoi ce concept est-il aujourd’hui autant à la mode s’il peut aussi représenter un danger pour l’entreprise ?

Tout simplement car aujourd’hui l’entreprise se doit d’innover au maximum afin de survivre et grandir. Il est loin le temps où produire (voir surproduire) un produit standardisé satisfaisait une grande partie de ses client. Les acheteurs d’aujourd’hui apprécie d’avoir accès à une solution ou un produit personnalisé, répondant au maximum à leurs attentes et besoins. Du fait que le travailleur est responsabilisé, l’entreprise et son climat de confiance lui permet de s’épanouir et de se valoriser.

S’il présente donc beaucoup d’avantages, le concept de libération ne séduit pour autant encore qu’une petite fraction des entreprises existantes. Mais pourquoi donc ?

Parce que malheureusement, il n’y à pas que des gagnants dans le monde de l’entreprise libre. De nombreux exemples ont prouvés qu’une libération d’entreprise amène à la suppression pur et dur de certains niveaux de management, parfois plus à tord qu’à raison. Car au final si le pouvoir n’est plus entre les mains des managers, ce sera alors la responsabilité même de sa direction. C’est le concept d’« holacratie ».

Les managers sont donc les premiers perdants de cette « évolution ». Les suivant n’étant autres que les employés eux-mêmes. En effet, le manque de centralisation du contrôle amène tout un chacun à juger ses propres collègues. La pression sociale est donc extrêmement forte au sein même d’une entreprise voulant mettre en avant le bonheur de ses employés. Les résultats sont une augmentation des maladies professionnelles et du burn-out.

L’entreprise libérée, un concept révolutionnaire ou une totale imposture, seul le temps aura en juger.

Picture Credits: http://liberation-entreprise.org/

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...